Qalqalah. Plus d’une langue

Dès le 7 mars 2020, le CRAC Occitanie à Sète inaugure son nouveau temps fort d’exposition en réunissant plus d’une une vingtaine d’artistes de différentes nationalités sous un intitulé aussi intriguant qu’évocateur: « Qalqalah قلقلة : plus d’une langue ».

Le nom de Qalqalah قلقلة fait ici référence à deux nouvelles de la chercheuse et commissaire d’exposition égyptienne Sarah Rifky. L’héroïne éponyme de ses fictions, Qalqalah, est artiste et linguiste; elle habite un futur proche recomposé par la crise financière et les révoltes populaires des années 2010. Ses méditations poétiques autour des langues, de la traduction et de leur pouvoir critique ont accompagné les réflexions des deux commissaires de l’exposition du CRAC Occitanie, Véronique Bobin et Victorine Grataloup, et ne les ont plus quittées depuis. QALQALAH قلقلة est ainsi devenue une plateforme de recherche artistique en ligne, entre trois langues et deux alphabets – arabe, français et anglais – qui prend maintenant la forme d’une exposition.

Ces trois langues sont placées au coeur de la nouvelle proposition du CRAC Occitanie, chaque langue étant porteuse d’enjeux politiques, historiques et poétiques qui s’entrecroisent et se répondent. L’exposition est ainsi traversée de signes et de voix, rappelant que les langues sont inséparables des corps qui parlent et écoutent… tout·e locuteur·trice « s’exprimant également par le regard et les traits du visage (oui, la langue a un visage) », pour reprendre les mots de l’écrivain et chercheur marocain Abdelfattah Kilito.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *